PROJET EN PARTENARIAT AVEC EAU VIVANTE ET PHILIPPE ETIENNE


Conscients des enjeux écologiques actuels et sensibles en particulier à la bonne gestion des ressources en eau, nous souhaitons améliorer notre habitat dans ce sens. Il s'agit d'un choix personnel, mais aussi d'une manière de montrer un exemple qui puisse être reproduit par d'autres. En effet, nous avons choisi de nous mobiliser pour diffuser au travers de l'association LA BELLE VERTE des solutions efficaces et viables en cohérence avec l'environnement.
Il apparait donc nécessaire de modifier le système d'assainissement actuel. Nous souhaitons être assurés que les eaux usées seront efficacement traitées et ne risqueront pas de polluer le sol et la nappe phréatique.

gestion_de_l_eau
GESTION DE L'EAU ENVISAGEE
d'après Anne RIVIERE : "Gestion écologique de l'eau :toilettes sèches et épuration"


Afin de s'inscrire dans une démarche sérieuse et cohérente, la gestion de l'eau doit s'envisager en plusieurs volets interdépendants :

1) Une utilisation rationnelle et modérée de l'eau


Par souci d'économie et de respect de notre ressource en eau, avec l'idée que "moins l'eau est polluée, moins il faut la traiter", le lieu est équipé de toilettes sèches. Elles économisent ainsi 30 à 40% de la consommation d'eau et autant d'effluents à traiter (les eaux vannes représentent 60 à 70% de la pollution ménagère).

LES TOILETTES SECHES

Une toilette sèche se différencie d'une toilette à chasse d'eau par le fait qu'elle n'utilise pas d'eau.

toilettes_s_ches1

A) Pourquoi une toilette sèche ?

Il faut rappeler en premier lieu que l'eau utilisée généralement dans les toilettes représentent de 30 à 45% de la consommation d'eau potable d'un ménage. De plus, cette eau est souvent issue du réseau d'adduction d'eau potable, c'est à dire qu'elle à subi des traitements coûteux.
Nos déjections sont issues de ce que nous mangeons, autrement dit des produits fournis par la terre. Elles sont toujours constituées d'azote, de phosphore et de carbone. Certains éléments ont des cycles terrestre et doivent être logiquement rendus à la terre pour l'enrichir et perpétuer son cycle.
En plus de l'énorme gaspillage d'eau engendré, c'est donc un non-sens écologique sans précédent que de mêler des déjections humaines ou animales à l'eau. L'homme est le seul animal à déféquer dans son eau de boisson !


toilettes_s_ches9

Cette mauvaise gestion de la matière organique est la source de bien des altérations de nos écosystèmes aquatiques et de nos eaux souterraines, et un manque à gagner en humus désastreux pour nos sols de plus en plus dégradés. La toilette sèche et le compostage associés ont entièrement leur place dans tout concept global de gestion écologique d'un lieu et de son développement durable. Il est temps d'accepter son propre corps et ses rejets, de les assumer au lieu de s'en débarrasser au plus vite dans l'eau, le sous-sol ou le tout-à-l'égout. Un déchet organique est toujours une ressource pour une autre espèce.

toilettes_s_ches6

B) La toilette sèche rustique

Nous préconisons la toilette sèche rustique pour sa simplicité de mise en oeuvre, son faible coût et la satisfaction générale des utilisateurs. Elle permet d'économiser de l'eau en amont et le recyclage de la matière organique. En effet les déjections sont, après chaque utilisation, recouverte de matières sèches carbonées (et donc absence d'odeur) puis évacuer jusqu'à un tas de compost.

toilettes_s_ches5

Elles sont soigneusement compostées (la montée en température garantie la destruction des bactéries fécales pathogènes) et sont ainsi transformées en parfait humus pour nourrir la terre.

toilettes_s_ches7

En conclusion ni l'eau, ni l'air, ni le sol, ni la nappe phréatique ne sont pollués.

Cf les toilettes sèches de la présentation de LA BELLE VERTE, l'aire de compostage et le compost paysan biodynamique

Photos et dessins tirés de la petite exposition de Christophe ELAIN

C) Gestion de la toilette sèche rustique et du compost

Dans le principe, il suffit de prendre un seau inox de préférence ou plastique alimentaire, de construire autour un siège confortable, de se procurer de la matière carbonée sèche fine qui sera déversée après chaque usage. Tout ce qui est disponible localement convient : sciure de bois, copeaux, paille ou foin séché et broyé, chanvre en paillette, balles d'avoine, branchages et tailles de haies broyées. Certaines personnes ajoutent en mélange un peu de compost mature riche en bactéries.

Cette toilette peut être placée à l'intérieur comme à l'extérieur de la maison. Nous recommandons cependant, de prévoir notamment pour les habitations récentes ou en rénovation, un accès direct sur l'extérieur pour évacuer le seau lorsqu'il est plein.

A LA BELLE VERTE, à la Miellerie, les toilettes ont été fabriquées selon les plans donnés par JOZSEF ORSZAGH.
 

Les 5 étapes d'auto-construction


Construction_TS_1Construction_TS_2



















Construction_TS_3Construction_TS_4


















Construction_TS_5


Et le résultat



73













ET DANS LA MAISON, nous les avons acheté en bois massif à Philippe REDOIS :


Toilettes_s_ches_maisonToilettes_s_ches_maison_2



















Pour l'achat de seaux inox et de toilettes sèches en bois massif : www.redois.fr


Philippe_Redoistoilettes_s_ches4





Philippe_Redois1

Pour de plus amples renseignements concernant les toilettes sèches, nous vous conseillons l'excellent ouvrage de Christophe ELAIN "Un petit coin pour soulager la planète - toilettes sèches et histoires d'eau" Ed Goutte de sable, 288 pages, février 2005. Cet ouvrage est consultable au siège de l'association ainsi que la  petite exposition aussi amusante qu' éducative du même auteur.

Les eaux usées, dans ce cas, ne sont que des eaux grises (de lavage), donc exemptes de risques sanitaires. Afin de limiter la charge en effluents de ces eaux grises, il est important d'utiliser des produits les plus sains possibles pour l'environnement (naturels et biodégradables).


PRECAUTIONS ELEMENTAIRES
d'après l'ouvrage "fosse septique, roseaux, bambous ? - Traiter écologiquement ces eaux usées de Sandrine CABRIT-LECLERC, Ed Terre Vivante.


Sans pollution, pas besoin de dépollution... Ce serait l'idéal, un idéal malheureusement inatteignable en termes de pollution par les matières organiques. Néanmoins, pour ce qui concerne les polluants chimiques, difficilement biodégradables, nous pouvons au moins limiter nos rejet en faisant par exemple attention aux produits que nous utilisons.


A) Décrypter les étiquettes

La première des précautions consiste à lire les étiquettes, afin de repérer et d'éviter les produits dangereux pour la santé et l'environnement, qui affichent notamment les symboles ci-contre :

Danger_assainissement_1

Par exemple, les tensioactifs, agents lavants de nos produits d'entretien peuvent être fabriqués à partir de matières premières naturelles ou synthétiques (d'origine pétrolière). Privilégiez les détergents contenant des tensioactifs naturels : ils ont la même efficacité et un impact moindre sur l'environnement. En règle générale, préférez des détergents biodégradables en moins de 30 jours, en prenant en compte la biodégradabilité totale car parfois, les produits issus de la biodégradation sont plus toxiques que la molécule-mère. Pour vous aider à y voir plus clair, voici quelques informations que vous pouvez trouver sur les étiquettes.


danger_assainissement_2


B) Fiez-vous aux labels

Deux labels garantissent des produits sans dérivés pétrochimiques (mais aussi sans OGM et sans matières premières animales) :

danger_assainissement_3


C) Adoptez des gestes éco-citoyens quotidiens

* Adaptez le dosage des détergents à la dureté de l'eau : plus une eau est douce, moins on utilise de détergents. Une dose de détergents excessive n'améliore pas la qualité du lavage.

* Récupérer l'eau de pluie (naturellement douce) pour le nettoyage et l'entretien de la maison permet de diminuer les quantités de détergents utilisées.

* Utiliser des balles de lavage dans les machines à laver permet également de diminuer considérablement les doses de lessive et de supprimer l'adoucissant.

* Détartrez avec du vinaigre blanc. Très efficace et peu cher, c'est une bonne alternative aux produits d'entretien agressifs et dangereux.

* Résistez au marketing. De plus en plus de produits nous sont proposés pour nettoyer la maison : parfumés, surpuissants, dégraissants, désinfectants... Alors qu'un nettoyant multi-usages est bien souvent suffisant avec un entretien régulier.

* Ne jetez aucun déchet dans les réseaux d'eaux usées (pas même les lingettes dites biodégradables) : ils pourraient en perturber le fonctionnement en bloquant par exemple les pompes de relevage.

* Déposez les produits dangereux utilisés pour le bricolage ou le jardinage à la déchetterie, dans leur emballage d'origine.

* Au jardin, utilisez des produits compatibles avec l'agriculture biologique. Employez les engrais et fertilisants, riches en azote et en phosphore, avec parcimonie, en fonction des besoins réels des plantes.


2) La valorisation de l'eau de pluie

Elle peut être réalisée par l'installation d'une cuve enterrée, de préférence au Sud de la maison, et équipée pour permettre le stockage et la filtration d'une eau de bonne qualité utilisable dans la maison. Cette eau douce réduit de 3 à 5 fois la quantité de détergents nécessaires et diminue donc la charge des effluents à traiter.



PROJET 2009 : * enterrer 2 ou 3 cuves de 5 mètres cube au Sud des bâtiments (maison et Miellerie)
* récupération d'eau de pluie globale : environ 15 mètres cube

A SUIVRE



3) Créer un système de traitement des eaux usées par filtres plantés, c'est à dire par phyto-épuration


Ce système est maintenant efficace et prouvé. Il est peu coûteux et son entretien est simple. En partenariat avec l'association EAU VIVANTE et Philippe ETIENNE, nous avons décidé de mettre en place ce système. Il est pensé avec esthétisme et contribue à créer un petit jardin aquatique intégré dans le paysage. Il aura ainsi un rôle pédagogique pour une prise de conscience du rôle majeur de l'eau et la préservation de sa qualité.


PRESENTATION DE LA PHYTOEPURATION
d'après  le document d'information d'Anne RIVIERE "Gestion écologique de l'eau : toilettes sèches et épuration des eaux de lavage par les bassins-filtres à plantes aquatiques

Phyto_puration_1

Nous rappelons que dans ces systèmes, les bassins sont parfaitement étanches. Il n'y a pas de contact entre l'environnement et les eaux usées. Seule l'eau épurée, de qualité baignade, ressort du système.


A) Le filtre à paille


Filtre___pailleLes eaux grises de la maison ont un pré-traitement dans un filtre à paille (mieux qu'un bac dégraisseur) de manière à récupérer le maximum de matières en suspension ce qui prévient le colmatage à l'entrée du système et le fonctionnement des bassins.




B) Bassins filtres verticaux et horizontaux

Trois ou quatre niveaux de bassins contenant des filtres à plantes aquatiques, positionnés par niveaux en cascade le long d'une pente, vont recevoir et épurer les eaux usées. Les bassins sont battis en dur ou faits d'abreuvoirs à vache en polyéthylène. Chaque bassin est rempli d'un matériel filtrant, idéalement du gravier volcanique de pouzzolane (amélioration du rendement de 50% par rapport au gravier de rivière classique).

assainissement_2

Dans le cas d'un terrain avec suffisamment de pente, les 2 premiers niveaux de bassin sont des filtres verticaux qui fonctionnent en alternance, par exemple 15 jours d'activité, 15 jours de repos. L'effluent arrive en surface du bassin, est réparti sur toute la surface à une araignée de distribution, percole doucement en profondeur par le fond. Une oxygénation passive du substrat est assurée par quelques tubes verticaux percés enfoncés jusqu'au fond et par u  système de drainage prenant l'air en surface et débouchant au fond sur un collecteur général. Les eaux ressortent par ce drain collecteur. Un tuyau vertical, placé sur la bouche de sortie, permet d'ajuster le niveau d'eau.
Les niveaux suivants sont des filtres horizontaux. L'effluent arrive de la même façon en surface à l'une des extrémité du bassin, percole horizontalement à travers la pouzzolane et ressort par trop plein, en surface, à l'autre extrémité du bassin. A l'entrée et à la sortie du bassin, un "tas" de galets permet à l'effluent une distribution horizontale homogène par effet piston.

assainissement_3


Des végétaux aquatiques spécifiques sont plantés directement dans le substrat de pouzzolane. Le système sera en pleine productivité lorsque le système racinaire aura atteint le fond du bassin. Cela peut prendre 1 à 2 années.


assainissement_4


C) Du point de vue des analyses chimiques

Les bassins-filtres permettent d'assurer les traitements :

* Primaire : filtration physique
* Secondaire : abattement des matières organiques mesurées par les Matières En Suspension (M.E.S), la Demande Chimique en Oxygène (D.C.O) et la Demande Biologique en Oxygène (D.B.O)
* Tertiaire : abattement de l'azote et du phosphore

Une mare terminale permet d'affiner l'épuration des eaux sortant du dernier niveau horizontal et de constituer une réserve pour arroser le jardin. La mare n'est toutefois pas indispensable car les eaux sont suffisamment propres pour être rejetées au fossé ou irriguer un bosquet de saules ou de bambous. Parfois, une forêt humide peut constituer la dernière partie du système.


phyto_bassin_lagunage



D) Le principe de l'épuration

Le processus épurateur est celui d'un filtre bactérien fonctionnant en aérobiose, c'est à dire grâce à l'oxygène de l'air. Les plantes aquatiques développent rapidement un complexe racinaire important. Grâce à l'énergie solaire et lors de la photosynthèse, elles émettent de l'oxygène par leurs racines. L'oxygène arrive également au sein du substrat par "appel d'air" lorsqu'une bâchée d'effluents (Bâchée = arrivée d'eau en volume constant sur le bassin. Les bâchée provoquent un effet piston, cela entraine une lame d'air dans le bassin et permet l'oxygénation) est évacuée rapidement par l'appareillage d'oxygénation passive installée dans le bassin (tubes verticaux, drains, etc).

Au voisinage du système racinaire, sur les milliers de mètres carré de surface offertes par les pores de la pouzzolane, des milliards de bactéries aérobies (fonctionnant grâce à l'oxygène) s'activent et transforment la matière organique dans les eaux usées en matière minérale assimilable par les plantes. L'eau devient claire. C'est le processus général d'épuration de l'eau, le même que celui mis en oeuvre dans les micro-stations ou les grosses stations d'épuration ; mais ici les bassins de plantes remplacent économiquement (elles fonctionnent à l'énergie solaire gratuite) et esthétiquement les systèmes mécanisés et sophistiqués.


Plantes_bassin


 

Les plantes aquatiques jouent encore bien d'autres rôles en dehors d'émettre de l'oxygène et de servir d'habitation aux bactéries au niveau racinaire. Leurs autres propriétés sont les suivantes :


* En ce balançant sous le vent, elles participent à l'aération mécanique du substrat et empêche son colmatage ;
* Leurs racines produisent une grande variété de substances colloïdales qui sont capables de "casser" les molécules forts complexes de nos médicaments chimiques de synthèse et de nos détergents modernes ;
* Elles abritent toute une faune d'animaux détritivores (escargots, vers,...) et même des oiseaux, selon une chaîne alimentaire bien organisée.


escargot_03

vers1

 


En reconnaissant les stratégies très subtiles mises en oeuvre naturellement dans ces écosystèmes, on ne peut pas simplifier le processus en disant que les plantes mangent les effluents. Il s'agir au contraire de modes opératoires à basse énergie, très sophistiqués et que certains scientifiques, avec beaucoup d'humilité, commencent tout juste à appréhender.


grenouille



C'est pourtant comme cela que fonctionne, depuis des millions d'années, tous les marais de cette planète dont la fonction, universelle et vitale pour tous les êtres vivants est de régénérer l'eau.
Les filtres à plantes aquatiques ne sont en somme que la réplique miniature d'un système de marais où "on laisse faire la nature". C'est pourquoi on qualifie aussi ces systèmes de "marais reconstitués".


marais_du_romelaere

EN RESUME, le substrat drainant de galets, graviers, pouzzolane et rhizomes des plantes (rhizosphère) sert de support aux bactéries aérobies et aux micro-organismes qui transforment la matière organique présente dans les eaux usées. Les plantes aquatiques développent des racines et des rhizomes qui envahissent rapidement le substrat. Ils permettent au milieu de rester bien oxygéné et de conserver une bonne aptitude à la filtration.


typha

typha2


Le dimensionnement d'un assainissement comportant des plantes aquatiques est toujours pensé pour des conditions hivernales où le filtre bactérien est de 20  à 30% moins actif qu'en été. Cela signifie qu'en été, des personnes supplémentaires pourront occasionnellement être présentes sans surcharger l'installation.

Ce type de système est généralement opérationnel (D.C.O en sortie du dernier bassin inférieur à 120 mg/litre) dès sa mise en eau/plantation, mais son fonctionnement ne sera optimal qu' après 1 ou 2 ans de fonctionnement lorsque les rhizomes des plantes aquatiques occuperont le substrat minéral mis à leur disposition.

Cette étude est dimensionnée avec une utilisation de toilettes sèches et ne prend en compte que l'épuration des eaux grises ménagères. Si pour diverses raisons, des toilettes à eau devaient être utilisées, les eaux vannes en étant issues ne devraient pas rejoindre la phytoépuration et pourrait subir un pré-traitement en fosse septique, puis un traitement dans un filtre à sable. Dans ce cas, il faudrait contacter un bureau d'étude compétent dans ce domaine. Nous tenons toutefois à vous prévenir qu'il y aura une pollution certaine de la nappe phréatique et des autres eaux souterraines. Une autre option serait de diriger les eaux vannes vers une fosse étanche dont le contenu serait vidé 1 à 2 fois par an sur une aire de compostage appropriée avec beaucoup de paille sèche.

eaux_pluie


Il est important que les eaux de pluie ne soient pas mélangées aux eaux grises traitées dans ce système.



EN CE QUI NOUS CONCERNE

Nous venons de récupérer les 5 bacs (abreuvoirs à vaches) chez Point Vert - BAZAS.

Facture_point_vert

A présent, nous attendons patiemment que l'association EAU VIVANTE organise en mars/avril un week-end de formation destiné aux auto-constructeurs. Pierre a prévu d'y participer, puis nous lancerons nos travaux à LA BELLE VERTE...

Pour toute personne intéressée par ce projet, nous vous informerons des démarches, des étapes et des dates sur le blog et par l'intermédiaire de LOU SABITOUT, le petit journal du canton.

A SUIVRE


Visite d'Anne RIVIERE à La Belle Verte

Nous avons eu le plaisir de recevoir Anne RIVIERE et Catherine le mardi 16 décembre, afin de mettre en place le stage pratique "assainissement autonome par filtres plantés, toilettes sèches et valorisation de l'eau de pluie" destiné aux auto-constructeurs les 6 et 7 juin 2009.


IMGP6632bisIMGP6629bis






Ensemble, nous avons réfléchi à un plan d'actions, réalisé la plaquette et l'organisation générale pour les stages à venir.
Nous vous informerons des dates concernant les stages de préparation : le premier stage aura lieu le

dimanche 18 janvier 2009.

-------------------------------------------------------------------------------

Après nos 5 journées d'ateliers qui ont permis de préparer la venue d'Eau Vivante, La Belle Verte et Eau Vivante ont mis en place un stage de 2 jours destiné aux auto-constructeurs, les 6 et 7 juin 2009. (cf diaporama)

Une vingtaine de personnes ont gravité autour de la phyto-épuration, des toilettes sèches et de leur compostage. Certains campaient, d'autres locaux rentraient chez eux, tous ont participé activement.

Nous avons rencontré quelques difficultés, les orages et la pluie, il nous manquait 1 tonne de pouzzolane, Anne Rivière était souffrante... mais malgré tout, nous sommes arrivés à maintenir une bonne humeur, nous avons mangé de bons petits plats biologiques et bu de bons vins.

Ce stage nous a permis de rencontrer de nouvelles personnes d'ailleurs. A la fin du stage, nous avons invité les participants des journées "ateliers" ainsi que des personnes intéressées par la phyto-épuration.

Comme nous n'avons pas pu achever le système complet, nous avons organisé une nouvelle journée le 14 juin avec quelques adhérents. (cf diaporama) Lors de cette journée, nous avions suffisamment de pouzzolane et le soleil était présent. Nous avons pu réaliser un ruisseau terminal et décorer avec des bambous tous les raccords entre les bacs.

Nous remercions toutes les personnes qui ont participé de près ou de loin à cette belle aventure.

4___copie